Quand le digital se met au service des habitants

Quand le digital se met au service des habitants

Le Quartier de l’Étang surprend surtout par sa diversité et sa qualité architecturale. S'il y a bien un seul et unique quartier, celui-ci peut être abordé sous plusieurs angles: lieu d’habitation, art de vivre, loisirs et infrastructures publiques.

En tout, le Quartier de l'étang réunit 7 îlots répartis sur 11 hectares, 870 logements - dont 30 % sont subventionnés -, trois hôtels, des espaces de loisirs et une école. Dans cette « ville dans la ville », comme se plaisent à l'appeler les différents acteurs du projet, l'originalité du concept se double de processus particuliers allant dans le même sens. C'est à ce moment que la technologie moderne entre en scène.


Pour Yves Batardon en charge du service Mise en valeur des immeubles neufs au sein du groupe : « Pour nous, la commercialisation des logements du Quartier de l’Étang est l’occasion de démontrer que nous avons su prendre tout le meilleur de notre important savoir-faire et de notre expérience immobilière en matière de mise en exploitation d’immeubles neufs d'une part, et d’apporter des solutions à forte valeur ajoutée au niveau technique et technologique d’autre part. À ce titre, le digital doit être un vecteur de facilité et de rapidité pour toutes les parties prenantes de projets, aussi bien pour la régie en charge de commercialiser que vis-à-vis des candidats locataires et des propriétaires. Il s'agit pour nous d'un soutien et support à plus d’un titre, à commencer par la phase de commercialisation des logements. »

Car avec 271 appartements, dont la plupart subventionnés, répartis sur 9 allées et avec près de 90 typologies différentes, le tout sur un chantier intégrant des temporalités de livraisons séquencées, il était impossible de faire visiter les biens. Le groupe Gerofinance | Régie du Rhône a donc développé un programme qui offrait une visualisation en 3D des appartements depuis l'intérieur et l'extérieur, une plateforme 100% digitale pour le dépôt des candidatures, ainsi que des visites virtuelles d'appartements meublés.

Autre technologie qui s'invite dans le Quartier, l’eSMART, qui se concrétise par un écran tactile présent à chaque entrée d'appartement qui permettra à tous les locataires de suivre leur consommation de chauffage et d'eau, et de l'adapter à leurs besoins. « Cette responsabilité individuelle, nullement contraignante, est importante, étant rappelé que le Quartier comporte un important volet sur la question environnementale. Et à ces solutions "digitales", viennent s’y insérer toujours une dimension humaine, afin de ne pas oublier que nous sommes en plein dans la "vie réelle" d’un important quartier. Le système s'ouvre ainsi à la vie de quartier en affichant, entre autres, des informations relatives à la régie, aux transports en commun, à la météo ou encore un agenda partagé par toute la famille », poursuit Yves Batardon.

Le Quartier de l’Étang est le parfait exemple d'un mariage réussi entre technologie et valeurs humaines, un équilibre devenu vecteur du bien vivre ensemble. Mais la clé réside, sans doute, dans la garantie offerte par la - constante - présence humaine, qui reste maître à bord des opérations. « Le digital nous a réellement servi à connecter, et non à déshumaniser », conclut-il.

Maison connectée

Une équipe dédiée pour répondre à l'ampleur du projet

Mathieu Ceccon, responsable du Site de l’Étang

Percevoir le Quartier de l'Étang sous le seul prisme architectural serait passer à côté de l'ADN du projet, s'arrêter à une vision factuelle qui ne rendrait pas hommage à la philosophie même de cette future « ville dans la ville ». Alors oui, le Quartier de l'Étang surprend surtout par sa diversité et sa qualité architecturale et appelle à parler chiffres - nombre de logements, bureaux, bâtiments, etc. - mais qu'en est-il des hommes et des femmes derrière tout cela ? Qui sont ceux qui œuvrent sur le terrain avant l'arrivée des premiers locataires pour préparer le Quartier à vivre ? Plongée dans les entrailles d'un Quartier futuriste aux côtés de Mathieu Ceccon, responsable du site de l’Étang.
 

On l'a dit, le Quartier de l'Étang va au-delà de la dimension architecturale. Comment avez-vous appréhendé cet aspect multidimensionnel ?


Nous avons pris la mesure de l'ampleur des tâches à venir et avons réagi en conséquence en mettant en place une équipe pluridisciplinaire totalement dédiée, une petite « régie dans la régie ». Elle se compose de plusieurs profils de spécialistes, allant de la gérance administrative à la gestion technique, en prévoyant par ailleurs des personnes en support lors des pics de commercialisation.

 

Face à un projet aussi inédit et donc à une « feuille blanche» de départ, comment votre équipe a-t-elle composé ?


En organisant les opérations de manière millimétrée via un scénario calibré en plusieurs étapes qui suit l'avancée du projet. Dans un premier temps, au vu de la quantité de dossiers à traiter, nous avons mis en place un traitement des candidatures entièrement digitalisé. Nous avons ensuite manuellement approuvé les dossiers et accompagné de façon personnalisée chaque candidat éligible, une gestion humaine incontournable qui ne peut être effectuée par un logiciel ! Parallèlement à cela, nous avons organisé des visites sur site par groupes, puis les concierges sont entrés en fonction (soit deux mois avant l'arrivée des premiers locataires).

 

Quel a été le plus gros défi pour votre équipe ?


Il découle de la dernière étape du processus, que je vais vous exposer à présent. Suite à tout ce qui a été précédemment expliqué, les cadences d'emménagement ont fait l’objet de scénarios, avec différentes propositions en fonction des possibilités de chacun des immeubles commercialisés et en tenant compte des arrivées des locataires, échelonnées entre août et octobre 2021 pour ce qui concerne l’EDIFICE (îlot E). Dans ce contexte, un défi de taille a dû être relevé par notre équipe : trouver un équilibre entre les attentes des propriétaires et la gestion de l’entrée des locataires.

En somme, il s’agissait de faire entrer les nouveaux habitants dans les meilleures conditions possibles, en respectant les attentes financières des propriétaires. Je peux maintenant affirmer que nous avons réussi, nous accordant avec ces derniers sur les processus évoqués, tout en suivant un rythme précis pour les états des lieux d’entrée et les emménagements quotidiens, toutes choses qui sont exposées aux locataires lors de la signature du bail. Au vu des volumes et pour le bon déroulement du suivi, il est impératif que ces informations soient comprises.